La biométrie oculaire

La biométrie oculaire désigne un examen ophtalmologique permettant d’étudier la gravité de certaines maladies et anomalies de l’œil. Il s’agit de la longueur oculaire et la courbe cornéenne. Cet examen est important bien avant une chirurgie de la cataracte et est utile dans d’autres opérations.

Biométrie oculaire : paramètre du calcul de la puissance de l’implant 

 La biométrie permet d’évaluer au moins deux paramètres importants. D’abord, la longueur axiale qui sépare le sommet de la rétine fovéale. Ensuite, la kératométrie qui permet de déterminer la puissance optique de la cornée. 

Ces deux paramètres permettent en théorie d’évaluer la puissance de l’implant destiné à conduire la correction réfractaire demandée. Cependant, il faut connaitre déjà la position exacte de l’implant dans l’œil concerné. Cette technique ne peut être prédit que par de faibles variations qui influencent significativement sur la correction de l’implant. Ceci affirme que le calcul d’implant demeure une science et expose un certain degré d’impression. On retient finalement qu’une formule de calcul contient deux classes ; à savoir une classe optique et une classe de prédiction. 

Dans certains cas, la mesure elle-même est établie sans contact grâce à l'utilisation d'un biomètre optique non-contact.

Pourquoi doit-on faire une biométrie avant chirurgie de la cataracte ?

La mise d’un implant de cristallin artificiel est obligatoire pendant l’opération de la cataracte. À cette étape, le cristallin est retiré, ce qui explique que son enveloppe est gardée et constitue un support pour l’implant. Le cristallin représente une lentille dont la force optique est bien avant la venue de cataracte. Il est généralement voisin de 22 Dioptries dont le couplé à la cornée agissant comme une lentille convergente. 

Il est possible de mesurer la force du cristallin pour le retirer. Ensuite, on peut mettre à nouveau un implant de même puissance. Cependant, ce n’est pas tâche facile de mesurer la puissance optique du cristallin in vivo. En plus, si un patient présente une amétropie, le remplacement du cristallin ne peut s’effectuer par un implant.